IVG : Décidez le plus vite possible !

Couple
Renseignez-vous auprès de spécialistes
Par Audrey
Publié le 02/09/2008 10:07
Tags : France Londres
Commenter

La loi de juillet 2001 a étendu les délais de l’interruption volontaire de grossesse à 12 semaines. Elle permet aussi aux mineures de recourir à l’IVG sans autorisation parentale si l’opération se fait sous anesthésie locale. Malheureusement, la mise en œuvre de cette pratique continue à rencontrer bien des résistances.

L’IVG n’est jamais un acte anodin et laisse toujours des traces chez les femmes obligées d’y recourir, même si elles ont pris leur décision en toute autonomie.

Comment réalise-t-on une IVG ?
Une grossesse peut être interrompue de deux façons : avec des médicaments ou grâce à une brève intervention chirurgicale :

L’IVG médicamenteuse, ou RU 486, consiste à prendre deux comprimés : un premier à base de mifépristone et un second à base de prostaglandine, que l’on prend deux jours plus tard.

La grossesse s’interrompt quelques heures après la seconde prise. Cette méthode ne devrait être pratiquée que pour les grossesses de moins de sept semaines d’aménorrhée : passé ce délai, les risques d’échec augmentent.

L’IVG chirurgicale consiste à aspirer le contenu de l’utérus. Elle peut être pratiquée sous anesthésie locale ou générale de quelques minutes avec une brève hospitalisation (4 à 6 heures après le réveil). Elle est légale en France jusqu’à quatorze semaines d’aménorrhée.

Une bonne loi, de nombreux dysfonctionnements
Une IVG chirurgicale pratiquée après douze semaines d’aménorrhée peut dans certains cas s’avérer insuffisante : il faut dans ce cas recourir aux pinces pour éliminer d’éventuels résidus.

Une opération pénible que refusent certains soignants. La carence en personnel spécialisé entraîne de multiples dysfonctionnements et oblige encore de nombreuses femmes à se rendre à Londres, Barcelone ou Amsterdam, où les délais sont plus longs. D’où la nécessité de vous décider rapidement, sous peine de voir votre demande refusée. Cela ne signifie pas que vous devez vous précipiter à l’hôpital dès que vous avez fait un test de grossesse qui s’avère positif : Donnez-vous un délai d’au moins 48 heures pour y réfléchir, toute seule d’abord puis pour en discuter avec votre compagnon ou avec une personne de confiance.

Après une IVG, il est très important de choisir une bonne contraception afin d’éviter un nouvel accident, car en aucun cas il ne faut considérer l’IVG comme une mesure de contraception.

Enfin n’oubliez pas qu’après un rapport à risque de grossesse, vous pouvez avoir recours à la pilule du lendemain idéalement dans les 72 heures qui suivent le rapport.




Poster un commentaire

A voir sur le portail Livenet.fr Le Club
Vidéos
Le mag
Forum
Jeux
Comparaison de prix
Contact et infos Le blog Livenet
Suggestions sur Livenet
Aide générale Livenet
Charte du forum
Mentions légales
Reporter un abus
Presse

Copyright © 2004-2009 Tigersun - Tous droits réservés 0.0184s